La Nouvelle route de la soie favorisera la croissance en Afrique

Xinhua | 14.12.2016 08h52

La Nouvelle route de la soie, initiative proposée par les dirigeants chinois pour donner une nouvelle vie à d’anciennes routes commerciales apportera la prospérité en Afrique et transformera l’ordre mondial, ont déclaré des experts kényans.

En 2013, la Chine a annoncé son soutien à des projets d’infrastructures à grande échelle tels que routes, chemins de fer et ports maritimes, pour contribuer à ressusciter les anciennes routes commerciales terrestres et maritimes s’étendant des pays d’Asie à l’Europe ou même à l’Afrique.

Dans des interviews séparés, les experts ont salué l’initiative de Nouvelle route de la soie, la qualifiant de nouvelle donne pour le commerce, la diplomatie et les échanges culturels au niveau mondial.

Gerishon Ikiara, conférencier à la faculté de diplomatie de l’Université de Nairobi, a indiqué que cette initiative favoriserait la prospérité à venir de l’Afrique.

« L’initiative de Nouvelle route de la soie de la Chine devrait changer radicalement la participation de l’Afrique et du Kenya dans les échanges mondiaux dans les vingt années à venir », a considéré M. Ikiara.

Historiquement, la Route de la soie était un réseau de routes d’échanges commerciaux et culturels reliant plusieurs régions du continent asiatique à l’Occident, entretenu par des marchands de la Chine à la région méditerranéenne à différentes époques de l’Histoire.

M. Ikiara a souligné que cette initiative relierait 60 pays représentant selon les estimations 40% des échanges mondiaux.

L’ex-secrétaire permanent au ministère kényan des Transports et des Communications a observé que les pays d’Afrique de l’Est commençaient déjà à ressentir l’impact de cette initiative par le biais de la Ligne de chemins de fer à voie normale (standard gauge railway, SGR) et de projets portuaires, également financés par la Chine.

« Le Kenya devrait jouer un rôle majeur dans cette initiative grâce au projet SGR en cours et à la modernisation du port de Mombasa », a commenté M. Ikiara.

Il a souligné que le projet de port de Lamu et d’autres projets d’infrastructures reliant le Kenya à ses voisins d’Afrique de l’Est formaient également un élément essentiel de l’initiative de Nouvelle route de la soie.

M. Ikiara a souligné que les projets d’infrastructures financés par la Chine renforceraient les échanges intra-africains et serviraient de catalyseur à la transformation industrielle du continent.

Les projets d’infrastructures financés par la Chine et intégrés à l’initiative de Nouvelle route de la soie ont commencé à apporter des bénéfices au Kenya et à l’ensemble de la région d’Afrique de l’Est et de la Corne de l’Afrique.

M. Ikiara a cité en exemple la première phase du SGR, reliant la ville portuaire de Mombasa à la capitale kényane de Nairobi, qui génère de nouveaux emplois et favorise les transferts de compétences.

« Le projet SGR a créé environ 30.000 emplois au Kenya. Il a mis en place un programme de construction de capacités pour former les Kényans à différentes compétences ferroviaires », a poursuivi M. Ikiara.

Il a ajouté que le projet SGR avait également inspiré la création de zones économiques spéciales qui accéléreront la réalisation du rêve d’industrialisation du Kenya.

L’initiative de Nouvelle route de la soie servira de garante de la pérennité du développement économique de l’Afrique, et de la paix et de la stabilité dans le contexte de l’influence déclinante des ex-pays colonisateurs occidentaux sur le continent et du renforcement de la coopération et des liens entre les grandes économies émergentes et l’Afrique depuis quelques années.

M. Ikiara a souligné que le prestige diplomatique de la Chine en Afrique augmenterait au fur et à mesure la mise en œuvre de ces mégaprojets d’infrastructures et redynamisera le commerce et les transferts de technologie entre le géant asiatique et le deuxième plus grand continent au monde.

Ce professeur d’études diplomatiques réputé a observé que la politique étrangère chinoise, prônant la coopération mutuelle et la non-ingérence dans la souveraineté des autres pays, résisterait aux turbulences.

D’autres analystes estiment que la Nouvelle route de la soie soutient le programme de transformation socio-économique à long terme de l’Afrique. Macharia Munene, universitaire en affaires étrangères à Nairobi, a estimé que cette initiative stimulerait les investissements, le commerce et les transferts de connaissance en Afrique.

« Cette initiative a l’effet à long terme de promouvoir les intérêts africains et chinois en matière d’investissement et de relations politiques », a observé M. Munene.

http://french.peopledaily.com.cn/Economie/n3/2016/1214/c31355-9154609.html


 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par afriques
Charger d'autres écrits dans AFRIQUE CHINE
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

AFRIQUE – Élections présidentielles en France : « Il faut savoir quitter la table lorsque l’amour est desservi… ».

Par Le Pouce - 28 Avr 2017 Macron et Lepen sont au 2ème tour   Au sortir du 1er tour des é…